Menu

Département de l’emploi, des affaires sociales et de la santé, Commission cantonale de la famille

L’interruption de grossesse

Après un rapport non protégé, vous êtes enceinte. Que faire ?

La contraception d’urgence ou « pilule du lendemain » Elle peut empêcher une grossesse de s’installer. 
En Suisse, elle est en vente sans ordonnance en pharmacie pour les femmes de plus de 16 ans. Les effets secondaires sont dits « minimes ». Mais cet acte n’est de loin pas anodin et ne doit pas être répété. De préférence la pilule doit être prise dans les 72 heures, mais elle a encore quelque efficacité jusqu’à 5 jours après le rapport. 
Plus elle est prise rapidement, plus elle est efficace.

Pourtant les règles ne viennent pas…
et/ou vous éprouvez des nausées, un gonflement des seins. Vous craignez d’être enceinte sans l’avoir voulu et vous envisagez une interruption de grossesse ? Faites rapidement un test de grossesse (pharmacie, médecin) pour en être sûre. Ensuite parlez-en avec une personne qui a toute votre confiance… 
Ou adressez-vous à un centre de planning familial, si vous désirez parler avec une personne neutre. 
Les conseillères des centres sont tenues au secret professionnel. Elles vous aident à arriver à une décision autonome, vous offrent un accompagnement, mais aussi une aide si vous décidez de garder la grossesse.

Vous êtes la seule personne à pouvoir juger de ce que représente une grossesse non désirée dans votre vie. Selon le régime du délai, la décision d’interrompre ou de poursuivre votre grossesse vous appartient à vous seule, dans les 12 premières semaines (à compter du premier jour des dernières règles). Ne vous laissez pas imposer quoi que ce soit. Prenez votre temps pour arriver à votre décision, mais ne perdez pas du temps inutilement.

Vous êtes mineure Il est bien sûr préférable que vous puissiez parler à vos parents. 
Leur consentement à l’interruption de grossesse n’est pas obligatoire. 
Mais la consultation d’un centre de consultation est obligatoire pour les mineures de moins de 16 ans.

Vous avez décidé d’interrompre la grossesse Adressez-vous immédiatement à un médecin ou au service gynécologique d’un hôpital. Demandez une consultation le plus rapidement possible – plus l’intervention peut se faire tôt, mieux c’est. 
Lors de la première consultation, une échographie sera très probablement faite pour établir l’âge exact de la grossesse. 
Attention: beaucoup de femmes éprouvent des émotions troublantes en regardant l’écran. Si vous ne désirez pas voir les images, exigez qu’on détourne le moniteur.

Le médecin est tenu par la loi de vous informer et de mener avec vous un entretien approfondi. Vous recevez un dossier d’information et vous devez signer une demande écrite.

Si moins de 49 jours se sont écoulés depuis le premier jour des dernières règles, vous pouvez choisir entre la méthode médicamenteuse (RU486) ou chirurgicale de l’IVG.

Les coûts de l’intervention sont remboursés par l’assurance-maladie (après déduction de la quote-part et de la franchise de l’assurée). Les coûts varient selon la méthode de l’intervention, l’endroit où elle se fait, selon qu’elle se fait en ambulatoire ou avec une hospitalisation et selon le stade de la grossesse (entre 600 et 3000 francs, même plus pour des interruptions tardives).

En savoir plus

Le service de Planning familial s’adresse aux adolescent(e)s, femmes, hommes, couples (mariés ou non), personnes suisses ou étrangères sur les questions concernant
la contraception et les rapports sexuels à risque 
la grossesse, le désir d’enfant et la naissance,
la décision de poursuivre ou non une grossesse ainsi que l’interruption légale de grossesse,
les difficultés sexuelles, psychologiques et sociales de la vie relationnelle et affective,
les problèmes de relations conjugales et familiales (conseil conjugal)
la ménopause,
le Sida et autres maladies sexuellement transmissibles

Il collabore, dans les domaines médicaux et psychosociaux, avec des institutions privées et publiques.
Les consultations psychosociales sont assurées par des conseillères et un conseiller en planning familial, deux sages-femmes, des psychologues et une conseillère conjugale.
Elles reçoivent les personnes qui consultent, soit individuellement, soit en couple.
Les entretiens peuvent se dérouler également en allemand, anglais, italien, espagnol et portugais.
Pour les autres langues, l’entretien peut s’effectuer en présence d’un(e) interprète.

Unité de santé sexuelle et planning familial


Back to Top ↑