Menu

Département de l’emploi, des affaires sociales et de la santé, Commission cantonale de la famille

Vacances

Votre adolescent a besoin d’air…

Votre adolescent ressent un ras-le-bol général! Des parents, de l’école, de tout ce qui semble lui «couper les ailes»? Alors rien de tel qu’une pause, une vraie parenthèse pour mieux repartir… Le point.

Savoir pourquoi. Avoir des mots avec ses parents, souhaiter prendre le large, quoi de plus normal dans ce cap qu’est l’adolescence. Un gros ras-le-bol finalement assez prévisible! Il lui faut désormais devenir un adulte et laisser derrière lui l’enfance. Difficile cependant de se débrouiller tout seul, sans papa et sans maman. Il exige une plus grande liberté pour expérimenter sans savoir toutefois où il va. Même s’il se sent complètement paumé, tenez de ne pas dramatiser!

Demander une aide. Si le dialogue semble rompu avec papa et maman, qu’il n’hésite pas à parler soit avec un ami, soit avec un professionnel (assistant social de l’école par exemple prêt à l’orienter si nécessaire). Sinon, écrire à ses parents son désarroi peut être un début de réflexion et, aussi, permet un peu de distance. Important aussi: qu’il ne mêle pas quelqu’un de sa famille (grand-parent, fratrie ou autres) à cette crise, cela pourrait être l’occasion – malheureusement – de régler d’autres affaires n’ayant rien à voir avec son histoire.

Avoir confiance. Que votre adolescent ne perde jamais confiance, tous les adultes sont passés par cette étape difficile qu’est l’adolescence. Il n’est pas seul et personne ne doit douter de ses capacités. Peut-être refuse-t-il les limites fixées par les parents… Mais il doit savoir que vous ne le faites pas par désamour, mais plutôt parce que vous l’aimez et que vous ne trouvez pas meilleur moyen que de les répéter pour lui éviter certains pièges.

Envisager et construire un projet. Pourquoi pas faire une pause, bénéfique pour chacun, et construire un projet. Demandez-lui de vous présenter ce projet de manière solide (objectifs, lieu de séjour, coordonnées, etc.) et discutez-en avec lui.

Que faire de cette parenthèse? Quelques idées

Un séjour linguistique. Là, c’est le dépaysement assuré avec à la clé un «plus» non négligeable – une langue étrangère apprise – à faire valoir pour son avenir. Si les finances ne le permettent pas, étudiez la possibilité qu’il parte au pair dans une famille. Il intégrera plus vite cette nouvelle langue qu’en école où il pourra parler français avec d’autres élèves francophones!

Une mission bénévole. Les possibilités sont diverses, cependant le sérieux est de rigueur. Inutile de partir dans un projet dénué de sens et d’encadrement. Il se sent attiré par tout ce qui touche à l’environnement et à l’écologie, découvrez les projets des Ecovillages, des communautés entièrement vouées à l’écologie en général. Ou plutôt intéressé par l’«humanitaire», renseignez-vous autour de vous, car il existe pléthore d’associations suisses qui œuvrent pour le bien-être des enfants et des adultes en Suisse et dans le monde. Il peut proposer ses services un mois pour ce genre d’institutions.

Infos Ecovillages en Suisse et dans le monde.

Moniteur dans un camp durant les vacances. Là, pas de miracle, il propose ses services à toutes les associations de jeunesse de son canton. Et c’est une sacrée responsabilité pour lui, dont il pourra être fier!

Infos: GLAJ (Groupe de liaisons des associations de jeunesse)


Back to Top ↑