Menu

Département de l’emploi, des affaires sociales et de la santé, Commission cantonale de la famille

Parentalité

Accompagner son enfant sur le chemin de la vie, c’est évidemment acquérir des compétences comportementales. Les parents éduquent, guident et donnent des clés et les enfants apprennent. L’apprentissage se fait aussi du côté des parents, car, comme beaucoup le disent, il n’y a aucun mode d’emploi en matière d’éducation. Faire au mieux, au plus proche de notre conscience, voilà un bon début.

Les parents : les modèles des enfants pour bien grandir.

Bon nombre de parents semblent aujourd’hui totalement désemparés lorsqu’il s’agit d’inculquer des principes éducatifs, comme par exemple le respect des règles, des valeurs morales, telles que le bien et le mal, la générosité, l’altruisme, etc. Autrefois, non seulement la famille, mais aussi l’église, l’école et l’Etat se chargeaient de cette transmission. De nos jours, ce n’est plus le cas. Chacun construit son plan éducatif selon ses propres convictions. Ce qui n’est souvent pas aisé. Alors comment être en accord avec ce que l’on inculque à notre progéniture ? Réponses d’Anne Robert, psychologue, psychothérapeute de couple.

Eduquer, c’est passer beaucoup de temps à expliquer. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce ne sont ni les explications, ni les enseignements aussi complets soient-ils qui permettent d’obtenir des résultats dans ce domaine. Certes, ils sont utiles, voire nécessaires, mais pas suffisants pour que l’enfant s’approprie les valeurs essentielles qui feront de lui un adulte responsable, évolué, et si possible bien dans sa peau.

Comment s’effectuent les apprentissages ? La plus grande partie se fait au travers du processus d’identification qui est au psychisme ce que l’imitation est au physique. Le tout-petit reproduit les mimiques du parent penché sur lui. Le plus grand, lui, s’identifie en adoptant les attitudes et comportements, voire les modes de pensée de son entourage.

Il ne suffit pas de vouloir inculquer à nos enfants ce que nous croyons être juste et bon pour eux. Non. Centrons-nous d’abord sur nos propres attitudes afin d’être, au quotidien, des modèles cohérents et attrayants. En effet, nous ne pouvons pas attendre de nos enfants qu’ils nous respectent, nous et les limites que nous leur imposons, si nous-mêmes ne sommes pas capables de nous soumettre aux règles de la vie en société. Il est difficile de leur demander d’être polis, agréables, ouverts et tolérants si nous n’avons pas développé ces qualités. Si nous sommes constamment irrités par les contrariétés du quotidien, comment espérer que nos enfants, eux, se montrent capables de gérer leurs frustrations.

Comment être un modèle ? Un domaine particulièrement riche et favorable pour cet apprentissage est la relation au sein du couple. Elle implique une multitude d’ajustements, de négociations et de compromis. Ce n’est pas facile. Accepter l’autre dans sa différence, voir que l’on peut accueillir ses idées même lorsqu’on ne les partage pas, se montrer ouvert, aimant et généreux dans cette relation privilégiée est particulièrement structurant pour l’enfant. Non seulement il a un modèle devant les yeux sur lequel s’appuyer pour se construire, mais en plus il bénéficie d’un environnement stable, solide et rassurant pour se développer et pour forger cette « sécurité de base » indispensable à sa croissance personnelle.

Pas toujours simple… En effet ! Et si la relation de couple commence généralement très bien (par un coup de foudre ou un sentiment amoureux important) elle n’évolue pas forcément comme le début le laissait présager. Les soucis, les contrariétés de l’existence éprouvent considérablement la relation. Il s’agit alors de faire tout son possible pour qu’elle ne se détériore pas afin de continuer à offrir de bonnes conditions à l’épanouissement des enfants.

En savoir plus


Back to Top ↑