Menu

Département de l’emploi, des affaires sociales et de la santé, Commission cantonale de la famille

Faire le deuil : en parler

Quelquefois la vie distille de profonds chagrins. Que faire lorsqu’étant enfant, on perd un proche ou que ses parents se séparent? Comment arriver à continuer à vivre son quotidien lorsqu’on se sent accablé par sa tristesse? Depuis quelques mois, des associations lancent des groupes de parole pour soutenir ces jeunes et leur famille dans leur chemin de deuil. C’est le cas d’As’trame, spécialisé depuis 1994 dans l’accompagnement de personnes confrontées à une rupture de lien.

De l’ordre de l’inacceptable. Le gros souci de Fabrice? Ses parents se sont séparés quand il avait 8 ans. Comme la plupart des enfants, il n’a qu’une idée: tout faire pour les réconcilier. Alors il agit: il s’interpose entre ses parents lorsqu’ils se disputent ou bien il essaie de crier plus fort qu’eux ou encore… Pour un enfant, le divorce de ceux qui lui ont donné la vie est de l’ordre de l’inacceptable. «Si rechercher des stratégies de réconciliation est normal, il est nécessaire que les enfants admettent leur impuissance à changer le choix des adultes, lit-on dans le rapport d’activités d’As’trame. Ils pourront alors accepter de garder leur rêve comme tel, et consacrer leur énergie à continuer à se développer dans la réalité de leur existence.»

Accompagnements :

Pour faire face au décès d’un proche ou à la séparation des parents, As’trame propose plusieurs parcours spécifiques aux enfants, aux adolescents et à leurs familles. De manière individuelle ou collective. En savoir plus


Back to Top ↑