Menu

Département de l’emploi, des affaires sociales et de la santé, Commission cantonale de la famille

Abus sexuels

Face à une actualité relatant plusieurs cas d’abus sexuels, nombre de parents inquiets se demandent comment mettre en garde leurs enfants? Et avec quels mots. Le sujet est sensible. Quelques pistes pratiques:

Un enfant informé a plus de chances de ne pas être une victime. Depuis tout petit, dès qu’il est en âge de vous entendre, expliquez à votre petit, de manière calme et sans dramatiser, que son corps lui appartient et que personne d’autre que lui ne peut le toucher. Respectez son âge et sa pudeur. L’action blanche a développé la méthode des touchers Oui et des touchers Non. En clair, les familles apprennent à expliquer à leurs petits ce qui est acceptable ou pas.

Jeu des trois questions. Dès l’entrée en maternelle, moment de séparation et début d’autonomie pour votre enfant, n’hésitez pas à le faire réfléchir tout en le mettant en situation. Par exemple, si quelqu’un lui demande de le suivre et qu’il répond «non» à une de ces trois questions, il ne doit pas accepter. «Est-ce que tu as envie de dire oui ou non à cette proposition? Est-ce que tes parents sauront où tu es, si tu acceptes? Est-ce que quelqu’un viendra à ton aide, si tu en as besoin?» Cela est plus intelligent que la fameuse phrase répétée durant notre enfance: «N’accepte jamais de bonbons d’un inconnu!» Sans explication, nous ne savions alors pas pourquoi!

Fixer des limites avec lui. Aujourd’hui, les parents disposent d’outils nécessaires et pédagogiques pour sensibiliser les petits. Donnez donc à votre enfant des règles de protection, par exemple, il a le droit de refuser une proposition d’un adulte même s’il le connaît; qu’il n’est pas impoli d’ignorer un adulte qui lui demande de l’accompagner quelque part (cette personne trouvera de l’aide ailleurs), qu’il doit se rapprocher d’un groupe de personnes ou entrer dans un magasin s’il se sent en danger, pour chercher de l’aide. Discutez avec lui des endroits où vous ne voulez pas qu’il passe ou qu’il joue. Laissez-lui toujours un moyen de téléphoner et vos coordonnées.

Sur le chemin de l’école, veillez à ce qu’il revienne en toute sécurité. Utilisez le réseau pédibus ou demandez à des camarades de l’accompagner.

La Fondation FREDI (Fondation pour la recherche d’enfants disparus, international) édicte des règles d’or pour protéger vos petits en dehors de votre maison. En voici quelques-unes:

– Un mineur de moins de 12 ans ne devrait jamais se déplacer seul. Il faudrait au moins l’intégrer à un groupe.

– Les parents doivent expliquer à leurs enfants qu’ils peuvent dire non et qu’ils ont de la valeur. En cas d’agression, ils sauront ainsi que leur corps vaut la peine d’être défendu.

– Dites aussi à votre enfant que, s’il se perd, il doit attendre là où il vous a vu pour la dernière fois, rester calme et demander de l’aide aux personnes en uniforme ou à une mère avec des enfants.

– Les enfants ne doivent évidemment pas suivre une personne qui lui demande de monter dans sa voiture pour voir un jeu, pour l’aider à conduire son chat chez le vétérinaire ou pour toute autre chose.

– Ne tombez pas non plus dans l’excès: dans votre discussion, montrez-vous ouvert pour que votre enfant ose vous parler en cas de difficultés. Et évitez de donner l’impression que le monde extérieur est effrayant.

– Attention à votre discours: d’apparence les vilains messieurs ne sont pas toujours vilains et peuvent même être des dames! Un enfant risque de perdre la notion de danger si un inconnu est gentil et souriant. De même s’il lui a déjà parlé une ou deux fois, cette personne ne sera plus perçue comme inconnue. Beaucoup de mineurs sont pourtant victimes d’un adulte qu’il connaisse.

– Il faut toujours que les mineurs, même lorsqu’ils sont plus âgés, disent, à vous ou à une autre personne de confiance, où ils se rendent.

– Les enfants de plus de 12 ans ne sont pas à l’abri, non plus. Assurez-vous qu’ils respectent eux aussi les règles de sécurité.

En savoir plus

Et aussi…

Le Kiosque, Association Terre des Enfants. Soutien, informations.

En savoir plus

CTAS (Centre de consultation spécialisé pour les personnes victimes d’abus sexuels durant l’enfance et l’adolescence) : Le CTAS est un centre de consultation spécialisé ouvert aux enfants, adolescents, familles (parents), adultes et professionnels. En savoir plus.

Et aussi…

Auto-défense pour femmes et adolescentes selon la méthode Fem Do Chi

Cette méthode permet de révéler à toute femme son potentiel de force et sa puissance. Chaque femme peut être en mesure de se défendre en apprenant à dépasser cette peur qui paralyse.

Infos


Back to Top ↑