Menu

Département de l’emploi, des affaires sociales et de la santé, Commission cantonale de la famille

Les Assises de la Famille


Lettre du mercredi 7 juin 2017 - Source:



Le 13 juin 2017 à Uni Mail, salle MR280 dès 8h30. Bd du Pont-d’Arve 40, 1205 GE
Programme de la journée

 

Les vulnérabilités psychiques et sociales des familles : Quelles barrières aux prestations ?


Liens individus – familles

Les liens entre l’individu et la famille, sous le prisme des vulnérabilités, ont été explorés à l’occasion de trois focus groups  qui se sont tenus à l’Université de Genève au printemps 2017, regroupant des représentants du monde associatif et des psychologues. Les participants se sont interrogés sur les vulnérabilités rencontrées par les familles vivant dans le canton de Genève, leur accès aux prestations et les collaborations entre prestataires de services. Deux illustrations des ramifications familiales de la vulnérabilité sont discutées ci-dessous.

Vulnérabilités psychiques
C’est  principalement à travers les vulnérabilités psychiques, que le lien entre l’individu et la famille a été souligné au point que, pour certains psychologues, « la grande majorité des structures sont pensées pour l’individu…alors qu’en réalité, si on va chercher un peu dans le contexte familial, il faudrait répondre au niveau familial. » (Psychologue)

Lorsque les problèmes psychiques (dépression, troubles de la personnalité) d’un des membres de la famille sont, à la fois, trop vifs et trop persistants dans la durée, l’ensemble du groupe est affecté. Ceci concerne particulièrement les enfants de parents souffrant de troubles psychiques. Les troubles psychiques, plus ou moins reconnus, qui affectent les parents ont des répercussions sur le jeune adulte, qui parfois doit s’occuper de son parent. La situation de l’enfant de parents psychiquement atteints est peu prise en compte, mais il n’est pas rare, que le jeune, dans cette situation, n’arrive pas à s’intégrer dans le milieu scolaire. Les difficultés chroniques sur le plan psychique ont des répercussions sur plusieurs générations et affectent le jeune adulte, même lorsqu’il a quitté le nid familial.
« Cette phase d’autonomisation des jeunes adultes, même s’ils font des études, même s’ils n’habitent plus avec le ou les parents, est très compliquée quand un des membres est en situation de vulnérabilité psychique ou sociale. » (Psychologue).

A l’inverse, les troubles de comportement du jeune adulte, notamment au moment de l’adolescence, affectent également l’ensemble de la famille. Le décrochage scolaire, qui entraîne parfois une désinsertion professionnelle et sociale a des répercussions sur toute la famille.
« Il y a des familles avec des jeunes en décrochage scolaire ou avec des difficultés d’insertion professionnelle sur de très longues années, ce qui peut vulnérabiliser toute la famille. (..) Il y a pas mal de jeunes qui sont désinsérés et cela fait partie des demandes fréquentes des familles, car cela pose des questions pour l’ensemble de la famille. Evidemment, l’insertion professionnelle du jeune est compromise, mais toute la famille est impactée. » (Psychologue)

Certaines structures souhaitent que les parents participent aux thérapies qui concernent les jeunes jusqu’à ce qu’ils aient 25 ans, mais il peut s’avérer compliqué de les faire participer, notamment pour des questions de disponibilités. « Mais une fois que les gens sont là, je pense qu’ils y trouvent leur compte et, effectivement, on sent que ça leur fait du bien aussi de pouvoir échanger avec d’autres parents sur des situations qu’ils rencontrent avec leurs enfants. Mais, c’est vrai que la mobilisation n’est pas toujours évidente mais, après, au niveau individuel, …, quand on met en place le suivi du jeune, là, on arrive quand même un petit peu plus à faire venir les familles. (Psychologue).

Précarité économique
Financièrement, la sortie du jeune enfant du système scolaire et du monde professionnel, peut signifier une plus grande précarité économique pour la famille, qui se voit dès lors privée d’allocations familiales ou d’une source complémentaire de revenu. Comment soutenir, non seulement un individu, mais le groupe familial est une question également très importante lorsque les gens consultant pour des questions de désendettement, car c’est bien l’ensemble du budget familial qu’il s’agit d’appréhender. La précarité économique est une question concernant l’ensemble de la famille puisque la pauvreté tend à se transmettre de génération en génération.

Les Assises de la famille
Les Assises de la famille, le 13 juin prochain, permettront d’approfondir les facteurs de vulnérabilisation des familles à Genève, la question de l’accès aux prestations sociales et de mener une réflexion sur les difficultés actuelles du système de prestations ainsi que ses possibilités d’amélioration. Trois conférences se succéderont le matin, puis l’après-midi, les participants pourront discuter au sein d’ateliers organisés par type de vulnérabilités (économiques ; santé ; parcours de vie et migrations ; familiales).

Plus de détails sont visibles sur le lien : http://www.avenirfamilles.ch/. Les inscriptions sont toujours possibles par email aux adresses jean.blanchard@avenirfamilles.ch ou marie-eve.zuferey@avenirfamillles.ch, voire même sur place le jour de l’événement.

Les Assises sont soutenues par le Pôle de recherche national LIVES (PRN LIVES) : https://www.lives-nccr.ch/fr/.

Observatoire des familles / Marie-Eve Zufferey


Livre de la semaine


  • Quelle chance !


  • Comments are closed.

    Back to Top ↑