Menu

Département de l’emploi, des affaires sociales et de la santé, Commission cantonale de la famille

Voiture

Nouveaux conducteurs, attention une nouvelle législation est entrée en vigueur! En effet, tous ceux qui ont eu 18 ans au 1er décembre 2005 ou qui déposent, après cette date, une demande de permis catégorie B (voiture) ou A (motocycle) sont soumis à de nouvelles dispositions fédérales. L’élève conducteur sera désormais soumis à une période probatoire de trois ans. Explications pratiques de Brigitte Perez du Service des automobiles et de la navigation de Genève:

Ce qui ne change pas. Tout l’aspect de l’obtention du permis jusqu’à la réussite de l’examen pratique, à savoir: la théorie + les cours de Samaritains + le permis d’élève + les cours de sensibilisation (huit heures obligatoires) + examen pratique. Ce déroulement reste toujours d’actualité.

La nouveauté. L’entrée en force du permis à durée limitée à trois ans. Concrètement, l’élève qui a réussi son examen pratique se voit délivrer un permis probatoire de trois ans durant lesquels il aura l’obligation de suivre deux journées de cours de perfectionnement.

A ce stade, deux suites:

L’élève «à l’essai» durant ces trois ans ne commet aucune infraction à la LCR (Loi sur la circulation routière) et suit les 2 journées de perfectionnement. A la fin de ce délai, il reçoit son permis à durée illimitée sur présentation des attestations des cours. Seulement, si pendant ce laps de temps, il y a infraction, le conducteur risque une sanction pénale, le retrait du permis pour la durée fixée en fonction de la faute commise.

Les objectifs visés. Le constat est clair: les jeunes entre 19 et 24 ans sont les plus concernés proportionnellement aux infractions routières et au nombre d’accidents mortels dû à un comportement lié à l’insouciance de leur âge. Ils ne se rendent pas toujours compte du risque pris et croient maîtriser leur véhicule en tout temps. Ce n’est souvent malheureusement pas le cas.

Par conséquent, les obliger à respecter les règles de la circulation routière pour ne pas risquer de sanctions lourdes, devient nécessaire. C’est leur faire prendre conscience qu’il faut respecter les limitations de vitesse, la signalisation ou encore ne pas faire de courses… sinon le retrait ou l’annulation du permis sont inévitables.

Infos

Deux jours de cours: qu’apprend-on? Ces deux jours de cours obligatoires mixent la théorie et la pratique. Les élèves ont l’occasion, notamment d’étudier les différentes causes d’accidents ainsi que leurs conséquences pénales, juridiques, financières et sociales; d’expérimenter, sur circuit fermé, des situations dangereuses et comment les éviter ou encore d’approfondir les connaissances de la conduite conviviale tout en ménageant l’environnement.

La liste des organismes privés agréés et contrôlés par l’Office fédéral des routes et par le Conseil suisse de sécurité routière, se trouve sur le site Internet du Service des automobiles genevois


Back to Top ↑