Menu

Département de l’emploi, des affaires sociales et de la santé, Commission cantonale de la famille

Devenir parents

Les sentiments

no image

Lettre du mercredi 2 avril 2014 - Source: Extrait de Messages aux Parents



Les sentiments font partie intégrante de la vie. Les enfants les expriment très clairement: leur visage, leurs mains, leur corps tout entier traduisent ce qu’ils ressentent. Ils ont la mine radieuse quand ils racontent un événement qui leur a plu, grimacent quand ils sont tristes, crient quand ils sont en colère, se réfugient dans nos bras quand ils ont peur. Mais les sentiments ne sont bien sur pas l’apanage des enfants.

Les parents en éprouvent aussi: de bonheur lorsque leurs enfants se serrent dans leurs bras après une longue journée de travail, d’inquiétude quand l’un d’eux a de la fièvre, de joie quand toute la famille rit de bon coeur, de colère quand les petits les énervent pendant des heures, de ravissement quand, le soir venu, ces adorables bambins s’endorment, épuisés.

La nourriture de l’âme

«Finis ton cacao!» – «Tu veux encore des pâtes?» Dans toutes les familles, la conversation tourne au moins trois fois par jour autour des estomacs des enfants, des heures de repas aux en-cas en passant par celui qui mange trop ou pas assez et celui qui adore ou déteste tel légume.

Leur âme mérite la même attention. Ne pas la nourrir suffisamment compromet tout autant leur développement et la suralimenter peut avoir des conséquences néfastes. De même que les vitamines sont indispensables au bon fonctionnement de leur organisme, leur âme a besoin de tendresse et de sécurité, en doses variables selon les périodes.

Le langage de la tendresse

La tendresse s’exprime par le toucher. Les uns préféreront les massages, d’autres les chatouilles, d’autres encore les caresses. Bagarres et chamailleries sont également des moyens d’entrer en contact avec autrui.

Tous les enfants n’ont pas le même besoin de contact physique, et celui-ci varie avec l’âge ainsi que, bien sur, selon le moment et la personne avec laquelle ils se trouvent. Souvent, les parents aimeraient bien câliner leurs enfants alors que ceux-ci cherchent depuis longtemps d’autres formes d’attention. Observez les réactions de votre enfant: s’il se détourne ou cherche à se dégager de votre étreinte, il faut prendre ces signes au sérieux. Et, si nécessaire, les expliquer aux autres adultes: «Je crois que Nathalie n’aime pas trop ça!»

La tendresse, en fait, ne s’exprime pas seulement par le contact physique, mais aussi par des regards, des mots et des gestes affectueux. Le tout est de trouver votre propre manière de montrer votre amour à votre enfant.

«Bien dans sa peau»

Les contacts affectueux aident les enfants à se sentir bien dans leur corps. Sachant qu’ils y passeront toute leur vie, il faut en prendre soin et le protéger des abus mais aussi des carences, physiques comme psychiques.

A la mode sauvage

«Au secours, un tigre!» crient les enfants. Mi-effrayés, mi-ravis, ils s’éloignent des dents de fauve de leur père, puis s’en rapprochent, toujours plus près, montant vaillamment à l’assaut. Ces «bagarres» leur apprennent à doser leurs gestes de tendresse et à faire la différence entre douceur et sauvagerie, douleur et plaisir. Les pères sont de bons professeurs pour cet exercice. Quant aux mères, qui préfèrent la méthode douce, elles doivent parfois fermer les yeux…



Comments are closed.

Back to Top ↑